Page d'accueil > A la une
2006: Année de l'Afrique en Chine
2006-06-22

 

Xiao Fang*

Si l'on appelle l'année 1960 l'« année de l'indépendance de l'Afrique », pendant laquelle dix-sept pays d'Afrique ont proclamé leur indépendance, alors, on a bien raison de considérer 2006 comme l'« année de l'Afrique en Chine », marquée par une série d'activités comme la visite du ministre des Affaires étrangères Li Zhaoxing dans six pays d'Afrique, la publication du Document sur la politique africaine de la Chine, la célébration du 50e anniversaire de l'établissement de relations diplomatiques entre la Chine et l'Égypte et le 3e Forum sur la coopération sino-africaine qui se tiendra l'automne prochain.

Coopération tous azimuts

Chaque année, le lieu de la première visite à l'étranger du ministre des Affaires étrangères de Chine est l'Afrique. C'est une règle tacite appliquée depuis plusieurs années.

En 2003, la deuxième réunion ministérielle du Forum de la coopération Chine-Afrique s'est tenue en Ethiopie. Et la troisième sera tenue cette automne à Beijing. Xu Xianhui.

Au début de 2006, Li Zhaoxing a visité le Cap-Vert, le Sénégal, le Mali, le Libéria, le Nigéria et la Libye, manifestant que la Chine accorde toujours de l'attention à son amitié avec l'Afrique.

L'ex-ministre des Affaires étrangères, Qian Qichen a écrit dans Dix histoires d'un diplomate : « Après le Nouvel An de 1991, j'ai visité l'Éthiopie, l'Ouganda, le Kenya et la Tanzanie. En janvier 1992, j'ai encore visité six autres pays d'Afrique soit le Mali, la Guinée, le Sénégal, la Côte d'Ivoire, le Ghana et la Namibie, et suis passé par l'Afrique du Sud. Depuis lors, il s'est formé une habitude, la visite en Afrique en début d'année. » Selon Dai Yan, diplomate posté en Afrique pendant longtemps, la visite en Afrique du ministre des Affaires étrangères chinois au début de l'année a commencé avec Qian Qichen et s'est poursuivie avec Tang Jiaxuan et Li Zhaoxing. Il serait possible qu'on la continue. Les pays d'Afrique apprécient beaucoup cette visite qui traduit l'importance que la Chine attache à leur continent.

Par ailleurs, au début de 2006 a été publié le Document sur la politique africaine de la Chine qui, pour la première fois depuis cinquante ans, expose sous forme de document gouvernemental les principes des relations sino-africaines et fait un bilan stratégique de ces relations. Le sous-ministre des Affaires étrangères Lu Guozeng a également indiqué que la Chine met l'accent sur le développement des relations avec l'Afrique.

Les pays d'Afrique suivent attentivement ce Document. Ils estiment que la Chine est une partenaire équitable. L'ambassadeur de Zambie en Chine, David Clifford Saviye, a dit lors d'une interview : « L'économie chinoise est en redressement, tandis que le développement constitue un problème urgent pour l'Afrique. Nous pouvons utiliser des capitaux chinois pour développer notre économie. Ce serait une situation d'avantages réciproques. » Bien sûr, le Document ne souligne pas seulement la coopération économique ; il avance un principe de coopération tous azimuts, par exemple dans le domaine de la paix et de la sécurité. Le Document note quatre secteurs : la coopération militaire, la résolution des conflits et le maintien de la paix, la coopération judiciaire et policière, et la coopération dans le secteur des nouvelles menaces à la paix. C'est une première dans l'histoire des relations sino-africaines.

Les échanges culturels entre la Chine et l'Afrique sont en plein essor. Le 28 janvier 2006, Radio Chine Internationale (CRI) a ouvert sa station à modulation de fréquence à Nairobi, au Kenya. C'est la première station de CRI à l'étranger ; elle diffuse dix-neuf heures par jour en anglais, chinois et swahili, permettant aux peuples chinois et africains de mieux comprendre leur culture mutuelle.

En automne 2006, la 3e Conférence ministérielle du Forum sur la coopération sino-africaine se tiendra à Beijing. Un porte-parole du ministère des Affaires étrangères de Chine a souligné que la Chine a l'intention de faire de cette conférence un sommet. Le gouvernement chinois intensifie cette année les échanges politiques avec l'Afrique, y compris les visites mutuelles de haut niveau et les échanges de personnel de divers niveaux. La coopération économique et commerciale sera également approfondie.

Selon Dai Yan, cela promet des progrès décisifs des relations sino-africaines cette année.

Coopération sans condition

Lors de la première Conférence au Forum sur la coopération sino-africaine tenue à Beijing en 2000, les deux parties ont signé plus de 40 contrats commerciaux. De 2000 à 2005, le commerce bilatéral a connu un développement rapide. Seulement en 2004, les exportations chinoises vers l'Afrique étaient de 13,08 milliards de USD, soit une augmentation de 36 % par rapport à l'année précédente. La Chine est devenue le troisième partenaire commercial de l'Afrique après les États-Unis et la France.

« Nous espérons conjuguer nos efforts avec ceux de l'Afrique pour coopérer dans divers domaines, y compris l'exploitation de l'énergie », a dit Li Zhaoxing avant sa visite en Afrique. En Zambie, des entreprises d'État et privées de Chine ont investi plus de 100 millions de USD dans l'exploitation des mines de cuivre. En Sierra Leone, des entreprises chinoises ont investi 200 millions de USD dans le tourisme local. L'Angola et la Chine ont signé un accord commercial d'une valeur de 2 milliards de USD, selon lequel l'Angola vend à la Chine le pétrole et le droit d'exploitation du pétrole. Au Soudan, la compagnie chinoise fournit la plupart des techniques pour construire un barrage hydroélectrique qui a nécessité un investissement de 1,2 milliard de USD.

Face à la concurrence commerciale, des « rumeurs » de plus en plus nombreuses touchent la Chine. Des pays occidentaux se plaignent des investissements et de l'assistance de la Chine en Afrique, car leurs compagnies ont souvent échoué dans l'adjudication. Selon Dai Yan, la cause réside dans les pays occidentaux eux-mêmes. Prenons les États-Unis par exemple : avant les années 1990, ils considéraient l'Afrique comme un champ de guerre froide dans leur rivalité avec l'Union soviétique. Puis, l'administration de Clinton y a entrepris l'investissement et le commerce, sans toutefois croire à l'importance stratégique de l'Afrique. Lorsque Bush s'est porté candidat aux élections présidentielles, il a dit franchement que l'Afrique n'appartenait pas à la sphère d'intérêt stratégique des États-Unis.

Alors, pourquoi l'Afrique est-elle devenue stratégique d'après Washington ? Selon Dai Yan, il y deux raisons. La première est l'énergie. La région sub-saharienne est riche en pétrole, le Nigéria, la Guinée équatoriale, le Cameroun, le Gabon, l'Angola et le Tchad possèdent de vastes champs pétrolifères. On peut dire que le pétrole a changé le point de vue des États-Unis sur l'Afrique. L'autre est liée à l'antiterrorisme. D'après les États-Unis, le pouvoir politique de certains pays d'Afrique n'est pas stable, et ces régions pourraient devenir des camps de terroristes.

Selon un reportage du journal d'Espagne Vanguardia, la différence fondamentale entre la Chine et les pays occidentaux est que la première est assidue et active, et son assistance est sans condition. Les Chinois ne provoquent jamais de problèmes politiques sur le régime et les droits humains. La Chine n'a non plus de sombre histoire de colonialisme comme en ont certains pays occidentaux envers l'Afrique.

Principe inchangé

D'après certains experts occidentaux, dans les vingt dernières années du XXe siècle, la Chine a quitté l'Afrique parce qu'elle ne pouvait concurrencer l'Occident, et qu'elle faisait face aux conflits rigoureux émanant de sa transformation économique. Wang Qinmei, chercheur supérieur sur les questions africaines, a indiqué pour sa part que la Chine attache toujours de l'importance aux relations amicales avec l'Afrique. Comme amie du peuple africain, la Chine n'a jamais abandonné l'Afrique. La première génération de dirigeants chinois, ayant à sa tête Mao Zedong, sont fondateurs des relations amicales sino-africaines. La politique à l'égard de l'Afrique qu'ils ont formulée est dans l'intérêt du patriotisme et de l'internationalisme. La deuxième génération de dirigeants ayant à sa tête Deng Xiaoping a poursuivi ce principe. Deng Xiaoping a précisé que la Chine soutient les pays en développement à tout moment ; ce principe reste inchangé, mais la forme pourrait être réajustée.

Selon Wang Qinmei, dans les années 1990, l'assistance de la Chine à l'Afrique a été réajustée et améliorée. La forme d'assistance et les capitaux ont été diversifiés, ce qui peut aider efficacement l'Afrique à développer l'économie et apporter des bénéfices aux entreprises chinoises. Pendant cette période, une caractéristique visible est que la teneur scientifique et technologique est plus importante.

Quant à l'aide mutuelle sur le plan politique, selon Wang, les deux parties se soutiennent fermement. En 1989, après la crise politique suscitée et soutenue par l'Occident, les premiers chef d'État, chef de gouvernement et ministre des Affaires étrangères étrangers à visiter la Chine venaient de l'Afrique. Ils voulaient témoigner de cette façon que l'Afrique est une véritable amie de la Chine.

Dai Yan a indiqué que, après les années 1980, l'économie chinoise a connu un grand développement. Mais la Chine respecte toujours les amis et, son assistance économique aux autres pays en développement demeure sincère et sans condition. Selon l'ancien ambassadeur des États-Unis en Afrique du Sud, Princeton Lyman, la Chine attire beaucoup l'Afrique parce qu'elle peut lui fournir une protection politique exemptée de sanction internationale, et ses investissements et son assistance sont sans conditions politiques. Il n'y a donc aucune comparaison possible entre les compagnies occidentales et chinoises en Afrique.

*L'auteur est un journaliste de Phoenix Weekly.

 



[ RECOMMANDER A ]
       [ IMPRIMER ]