Page d'accueil > A la une
Forger ensemble un nouveau type de partenariat stratégique sino-africain
2006-05-20
Du 24 au 29 avril dernier, le président Hu Jintao a effectué une visite d'État au Maroc, au Nigeria et au Kenya. Le 27 , il a prononcé un discours intitulé « Forger ensemble un nouveau type de partenariat stratégique sino-africain » devant l'Assemblée nationale du Nigeria. En voici un extrait. Le 28 avril, Hu Jintao lors de la cérémonie d'accueil offerte par le président Olusegun Obasanjo. Cette année marque également le 50e anniversaire de l'inauguration des relations diplomatiques entre la Chine et des pays d'Afrique. Depuis 50 ans, les relations sino-africaines sont caractérisées par la compréhension et le soutien mutuel. Durant le développement économique et la création d'une vie heureuse pour nos peuples respectifs, notre amitié s'est consolidée et notre coopération a été fructueuse. De la Conférence de Bandung en 1955, où les dirigeants d'État de Chine et d'Afrique se sont serré la main pour la première fois, jusqu'à la commémoration du 50e anniversaire de la Conférence de Bandung en 2005, la Chine et des pays d'Asie et d'Afrique ont établi un nouveau partenariat stratégique. Pendant cette période, la Chine a aidé l'Afrique à former des « combattants libéraux » pour la libération nationale; des pays d'Afrique ont soutenu le rétablissement de la République populaire de Chine dans son siège légitime aux Nations unies ; les travailleurs chinois et africains ont construit avec leur sueur et sang le chemin de fer Tanzanie-Zambie dans la forêt tropicale; on a vu également la coopération pratique sino-africaine approfondie et élargie dans tous les domaines, l'établissement du Forum de coopération sino-africaine et du nouveau partenariat stratégique, tous cela témoigne de l'amitié sino-africaine. Nous n'oublierons jamais ces événements. Actuellement, la situation internationale connaît un changement profond et complexe. Œuvrer à la paix, au développement et à la coopération est le courant principal de notre époque. Avec l'approfondissement de la mondialisation économique, les divers pays deviennent de plus en plus dépendants l'un de l'autre, les relations d'intérêts sont plus étroites, tous les peuples espèrent coopérer main dans la main pour jouir en commun des occasions, faire face aux défis et se développer ensemble. Nous sommes heureux de voir que les pays d'Afrique, pour réaliser leur développement et redressement, s'unissent afin d'augmenter leur puissance, vont de l'avant en ouvrant la voie et poussent la paix et le développement, et qu'ils ont obtenu des succès remarquables. L'intégration de l'Afrique a fait un pas important et l'Union africaine (UA) devient une bannière de progrès pour l'Afrique. Le peuple africain s'unit plus étroitement et est plus sûr de soi. L'Afrique en développement rapide attire les regards du monde entier. Le peuple chinois se réjouit du fond du cœur des succès obtenus par les frères africains, et leur souhaite sincèrement davantage de succès sur la grande voie de l'édification de pays et du redressement national. Le 29 avril, Hu Jintao rencontre la délégation de l'Institut Confucius à Nairobi. Au début de cette année, le gouvernement chinois a publié le Document sur la politique africaine de la Chine qui expose explicitement l'objectif précis et la conviction ferme de la Chine de poursuivre l'amitié traditionnelle sino-africaine et d'œuvrer au partenariat stratégique dans la situation actuelle. Pour réaliser cet objectif, la Chine continuera à travailler avec l'Afrique et à faire des efforts innovateurs pour correspondre à la tendance de l'époque afin d'élargir la coopération sino-africaine, de l'enrichir et d'y injecter une vitalité nouvelle. Pour ce faire, je voudrais avancer les propositions suivantes. Premièrement, renforcer la confiance politique mutuelle. La Chine soutient sans défaillance les pays d'Afrique dans leur sauvegarde de l'indépendance et de la souveraineté d'État, leur choix autonome d'une voie de développement selon leurs conditions nationales, leurs efforts pour s'unir afin d'être plus puissants et pour résoudre les problèmes de façon indépendante, et le rôle dirigeant de l'UA dans le renforcement de l'union et de la coopération d'Afrique. La Chine veut bien, avec les pays d'Afrique, maintenir les contacts étroits entre les dirigeants, intensifier les échanges entre gouvernements, parlements, partis politiques et groupes sociaux, afin d'approfondir la compréhension mutuelle et de consolider la base d'amitié. La Chine veut bien renforcer le travail du Forum de coopération sino-africain, approfondir la coopération avec l'UA, les organisations sous régionales d'Afrique et les organisations régionales multilatérales, renforcer le dialogue collectif, consolider les points partagés et élargir les points d'intérêts communs. Les deux parties doivent, prenant en considération l'intérêt général, attacher une importance mutuelle aux intérêts de l'autre et faire face convenablement aux nouveaux problèmes des relations sino-africaines. Deuxièmement, élargir la coopération économique gagnant-gagnant. L'Afrique a de riches ressources et un grand potentiel de marché, tandis que la Chine a accumulé dans sa modernisation une expérience profitable et des techniques pratiques. La coopération sino-africaine a donc de vastes perspectives. Élargir les domaines de coopération, diversifier le mode de coopération et réaliser les avantages mutuels répondent aux intérêts des deux parties. La Chine continuera de pousser les échanges dans divers domaines comme le commerce, l'investissement, la technologie et les projets forfaitaires, et d'accélérer la coopération entre gouvernements vers la participation avec les entreprises et autres entités économiques. Nous augmenterons les projets de coopération intellectuelle comme la formation des ressources humaines et les échanges scientifiques et technologiques. Pour promouvoir le développement social et l'amélioration de la vie du peuple en Afrique, nous développerons le traitement des produits primaires pour leur conférer une valeur ajoutée, et optimiserons la transformation traditionnelle. Nous continuerons de fournir l'assistance aux pays d'Afrique dans la mesure de nos forces, ce qui est un principe déterminé de la Chine. L'année dernière, lors de la Réunion de haut niveau sur le financement du Sommet marquant le 60e anniversaire de l'Onu, j'ai proposé cinq mesures pour soutenir le développement accéléré des pays en développement, comme accorder un tarif douanier zéro à certains PMA (pays les moins avancés), accroître le volume d'aide aux PPTE (pays pauvres très endettés) et aux PMA en annulant ou éliminant les dettes gouvernementales, accorder des prêts préférentiels, fournir des médicaments efficaces contre le paludisme et former des travailleurs spécialisés. Ces mesures visent principalement l'Afrique. La Chine accélérera l'application de ces mesures pour que le peuple africain en profite réellement. Les présidents Hu Jintao et Olusegun Obasanjo se sont rencontrés à Abuja le 26 avril. Troisièmement, accroître l'interaction culturelle. La Chine et l'Afrique ont une civilisation rayonnante et ont considérablement contribué au progrès de l'humanité. Nous devons conjuguer nos efforts pour renforcer les échanges et l'interaction sur le plan culturel afin d'approfondir la compréhension et l'amitié entre les deux peuples. La Chine soutient une coopération intensifiée entre les organismes culturels, les médias, sociétés savantes et écoles supérieures, ainsi que diverses activités comme des festivals culturels, expositions d'art et compétitions sportives. La Chine accroîtra progressivement le nombre d'étudiants africains à qui elle fournit des bourses d'études en Chine, et encouragera les jeunes volontaires chinois à travailler en Afrique. Nous demandons aux citoyens et ressortissants chinois en Afrique de vivre en harmonie avec la population locale, d'apporter une contribution positive au développement social et économique local et de jouer un rôle d'intermédiaire dans l'amitié sino-africaine. Quatrièmement, renforcer la coopération dans la sécurité. La paix mondiale engage les intérêts vitaux de tous les pays du monde. La Chine et les pays d'Afrique doivent renforcer les échanges et la consultation, pousser la communauté internationale à établir une idée de la paix collective et un nouveau concept de la paix caractérisée par la confiance mutuelle, la réciprocité, l'égalité et la collaboration, afin de créer un environnement international favorable au développement commun. La Chine veut renforcer la consultation et la coopération avec l'Afrique dans la prévention et le traitement de graves maladies contagieuses et de la grippe aviaire, la lutte contre les crimes transnationaux, etc., et faire face avec elle aux défis du monde. La Chine est d'accord avec l'UA et autres organisations locales et les pays d'Afrique dans leurs efforts à promouvoir la paix régionale. Nous allons accroître les investissements et participer aux activités de maintien de la paix en Afrique dirigée par l'Onu. La Chine veut jouer son rôle constructif et favorise la solution des divergences et conflits au sein de l'Afrique. Cinquièmement, maintenir une coordination étroite dans les affaires internationales. La Chine considère toujours l'Afrique comme une force importante dans les affaires internationales. Nous partageons cette idée et avons une tradition de coopération sur les questions internationales importantes. Ainsi, renforcer la consultation et la coordination répond aux intérêts communs des deux côtés. Nous voulons, avec les pays d'Afrique, maintenir les buts et principes de la Charte de l'Onu, renforcer la consultation et la coopération dans le cadre de l'Onu et des organisations multilatérales, participer à l'établissement d'un nouveau partenariat stratégique d'Asie-Afrique, à la coopération Sud-Sud et au mécanisme de dialogue sud-nord, afin de pousser le multilatéralisme, la démocratisation et la légalité des relations internationales, d'établir un nouvel ordre international politique et économique juste et rationnel, et de maintenir en commun les droits et intérêts légitimes des pays en développement. L'aspiration de l'Afrique à la paix et au développement doit être respectée. La communauté internationale doit accorder davantage d'intérêt au développement d'Afrique et y accroître les investissements. La Chine continuera de pousser la réforme de l'Onu dans un sens où l'on fait grand cas du développement, et résout prioritairement l'insuffisance de la représentativité des pays en développement, y compris les pays d'Afrique. Dès la fondation de la République populaire de Chine, surtout après l'application de la réforme et de l'ouverture il y a 28 ans, le développement économique et social a obtenu des succès gigantesques. Les forces productives et la puissance nationale générale ont réalisé une enjambée historique. La vie du peuple a atteint dans l'ensemble un niveau de vie relativement aisée. Actuellement, le peuple chinois s'unit pour édifier une société d'aisance générale. Le développement économique et social dans l'avenir est prévu en substance. Notre objectif consiste à doubler d'ici 2010 le PIB moyen par habitant par rapport à 2000, réduire d'environ 20 % la consommation d'énergie par unité de PIB par rapport à 2005, quadrupler d'ici 2020 le PIB par rapport à 2000 pour atteindre 4 000 milliards de USD et 3 000 dollars par personne, de façon à développer l'économie, perfectionner la démocratie, faire progresser les sciences et l'enseignement, faire prospérer la civilisation, la société harmonieuse et la vie aisée du peuple. Nous comprenons clairement que la Chine est encore un pays en développement qui a une population énorme, une base économique faible et un développement déséquilibré. Elle restera longtemps encore à l'étape primaire du socialisme. Bien que son volume économique global soit aux premiers rangs du monde, avec 1,3 milliard de populations, son PIB par habitant se classe après le centième. La Chine fait face à beaucoup de difficultés et de problèmes, sa modernisation nécessite un long et dur travail. Dans le processus d'édification nationale, le peuple chinois portera haut le drapeau de la paix, du développement et de la coopération, poursuivra une politique étrangère indépendante de paix et de développement pacifique et poursuivra la stratégie d'ouverture pour le bénéfice mutuel et la coopération gagnant-gagnant, afin de construire ensemble avec tous les peuples un monde de paix soutenue et de prospérité commune. La Chine soutiendra comme toujours la paix du monde et sera toujours une force ferme. Son propre développement fait partie intégrante du progrès de l'humanité. Elle se développera elle-même par le maintien d'un environnement international pacifique, et son propre développement, à son tour, favorisera la paix mondiale. Elle veut, avec les peuples du monde, promouvoir la sécurité et la stabilité du monde. La Chine est également engagée dans la poursuite du développement commun. Elle poursuivra inébranlablement l'ouverture, et entreprendra l'entraide mutuelle. Profitant des conquêtes de l'économie mondiale et des progrès scientifiques et technologiques pour se développer, la Chine récompense le monde par son propre développement. La Chine continuera à travailler pour que la mondialisation économique se développe d'une façon plus équilibrée et apporte des bénéfices à tous, de sorte que le système économique, commercial et financier international soit favorable au développement de divers pays, surtout des pays en développement, et que le XXIe siècle soit un siècle où tous les peuples du monde puissent jouir du développement. La Chine s'est engagée à promouvoir les échanges entre les cultures. Appuyant fermement la diversification du monde et du mode de développement, la Chine préconise que les pays doivent se respecter mutuellement et apprendre des uns des autres, et les différentes cultures doivent coexister en harmonie, se procurer des bénéfices mutuels par l'échange et la compétition, et chercher le développement commun par l'élargissement du terrain d'entente commun et la mise en suspens des différends. Bref, le fait a prouvé et continuera à prouver que le développement de la Chine est par nature pacifique, ouvert et coopératif. Il ne posera de menace à personne ; au contraire, il apportera plus d'occasions de développement au monde. L'Afrique est l'un des berceaux de l'humanité, tandis que la Chine est l'un des berceaux de la civilisation. Nous devons et pouvons donc contribuer au développement social de l'humanité au XXIe siècle. Les mêmes destin, objectif et avenir nous lient étroitement. Saisissons l'occasion, faisons face au défi, poursuivons l'amitié traditionnelle, approfondissons la coopération tous azimuts, et conjuguons nos efforts pour développer le nouveau partenariat stratégique sino-africain.


[ RECOMMANDER A ]
       [ IMPRIMER ]