Page d'accueil > A la une
Succès remarquable enregistré dans la coopération en éducation entre la Chine et l'Afrique
2006-01-20

 

Le Forum sur l'éducation Chine-Afrique s'est ouvert le 27 novembre 2005 à Beijing. Cette rencontre réunissait les ministres de l'éducation de 19 pays d'Afrique, à savoir Bénin, Congo(Brazzaville), Égypte, Mali, Kenya, Afrique du Sud, Nigeria, Guinée, Île Maurice, Soudan, Éthiopie, Rwanda, Algérie, Mozambique, Tanzanie, Djibouti, Mauritanie, Sénégal et Cameroun, et des fonctionnaires du ministère de l'Éducation de Chine, du ministère des Affaires étrangères, du ministère du Commerce, du ministère des Finances, et de la Commission nationale pour le développement et la réforme.

Le ministre de l'éducation Zhou Ji de Chine présente aux délégués du forum l'exposition de matériel didactique, et sur l'enseignement à distance et l'éducation rurale. CNSPHOTO

Ce forum est une nouvelle tentative pour déployer la coopération éducative multilatérale dans le cadre du Forum sur la coopération sino-africaine, et une démarche du gouvernement chinois visant à promouvoir conjointement l'éducation pour tous les peuples du monde à travers le renforcement des échanges et de la coopération avec d'autres pays et organisations, parallèlement au développement de l'éducation de la population chinoise.

Ayant une évolution historique presque similaire et de larges intérêts communs, la Chine et l'Afrique connaissent de mêmes difficultés et problèmes à cause de leur bas niveau de développement. Elles sont confrontées aux mêmes défis et doivent apprendre l'une de l'autre, procéder à des échanges et à la coopération dans de multiples domaines.

Sur le thème de la coopération internationale et de la stratégie de développement de l'éducation entre la Chine et l'Afrique, cette rencontre consistait en dialogue et échanges sur la stratégie et la politique fondamentale concernant la scolarité obligatoire, l'orientation et le modèle de développement de l'enseignement technique destiné aux différentes catégories de travailleurs, la formation des enseignants du primaire et du secondaire et le développement de leur spécialité, la garantie de qualité de l'éducation supérieure et les mesures concernées, les principaux champs d'application des échanges et de la coopération et les modèles couronnés de succès. Au cours du forum, la partie chinoise a tenu des expositions de matériel didactique, sur l'enseignement à distance et l'éducation rurale.

17 800 bénéficiaires de bourses gouvernementales

Depuis la fondation de la République populaire de Chine en 1949, la Chine et les pays d'Afrique ont entrepris échanges et coopération fructueux de diverses formes dans le domaine de l'éducation. En 2004, le gouvernement chinois avait fourni 17 800 bourses à 50 pays d'Afrique. Actuellement, les bénéficiaires de ces bourses sont au nombre de 1 200. Parallèlement, 530 professeurs ont été envoyés dans 33 pays africains par le gouvernement chinois pour les aider à développer leurs disciplines, à former des scientifiques et techniciens dont ils ont besoin, à développer l'enseignement supérieur et secondaire qui couvre une dizaine de spécialités en sciences naturelles, appliquées et agronomiques, ainsi qu'en littérature et en culture physique. De plus, la Chine a lancé une soixantaine de projets d'assistance éducative dans 25 pays d'Afrique, ouvrant 23 laboratoires spéciaux de biologie, micro-biologie, informatique, physique, analyse chimique, traitement des aliments, matériaux, génie civil, topographie et enseignement de la langue chinoise.

Le gouvernement chinois continuera de développer énergiquement les échanges et la coopération avec les pays d'Afrique et d'approfondir l'assistance à l'éducation sous forme d'admission d'étudiants africains et d'envoi d'experts chinois, conformément aux besoins des pays africains résultant de leur développement national et social.

8 000 Africains apprennent le chinois

Outre les étudiants qui viennent étudier en Chine, des cours de chinois ont été ouverts dans 120 écoles de 16 pays d'Afrique. Plus de 8 000 élèves apprennent maintenant le chinois. Le Congo (Brazzaville) a été l'un des premiers pays à ouvrir des cours dans des écoles secondaires. Le chinois a commencé à être enseigné à l'école Drapeau rouge il y a trente ans. La faculté de langue chinoise de l'université Ain Shams en Égypte compte 700 aspirants à la licence ou à la maîtrise, mais ce nombre est encore inférieur aux besoins de l'Égypte et des pays voisins. L'Institut des langues Bourguiba en Tunisie est très connu pour l'enseignement de la langue chinoise, attirant des étudiants tunisiens et d'autres pays. À l'Université de Nouakchott en Mauritanie, les inscriptions ont doublé cette année.

Le gouvernement chinois a aussi financé la construction de laboratoires des langues au Cameroun, en Égypte, en Maurice, en Tunisie et en Mauritanie, et donné un grand nombre de livres et matériaux en chinois. De plus, un institut Confucius a été ouvert à l'Université de Nairobi au Kenya. À l'Université de Stellenbosch en Afrique du Sud a été fondé le Centre de langue et culture chinoises.


 



[ RECOMMANDER A ]
       [ IMPRIMER ]