Page d'accueil > Propos du porte-parole du MAE
Conférence de presse du 30 mars 2017 tenue par le porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Lu Kang
2017-03-30

À l’invitation du Président de la République de Finlande Sauli Niinisto et du Président des États-Unis d’Amérique Donald Trump, le Président Xi Jinping effectuera du 4 au 6 avril une visite d’État en Finlande et sera les 6 et 7 avril à Mar-a-lago, en Floride aux États-Unis, pour rencontrer le Président Donald Trump.

Une séance d’information sera organisée le vendredi 31 mars à 8 h 30 pour les médias chinois et étrangers à la salle Lanting, au bâtiment sud du Ministère des Affaires étrangères. Des responsables du Ministère y présenteront des informations sur la visite d’État du Président Xi Jinping en Finlande et sa rencontre avec le président américain et répondront aux questions. J’espère que vous viendrez nombreux.

Q : Un bon moment s’est passé depuis la dernière visite d’un chef d’État chinois en Finlande. Quelles sont les raisons et les attentes les plus importantes de la visite du Président Xi Jinping en Finlande en ce moment?

R : La Finlande est l’un des premiers pays occidentaux à avoir établi des relations diplomatiques avec la Chine et le premier pays occidental à signer avec la Chine un accord commercial intergouvernemental. Ces dernières années, les relations sino-finlandaises ont affiché une bonne dynamique de développement. Les échanges de haut niveau ont été intenses et la confiance politique mutuelle s’est sans cesse renforcée. Les dirigeants finlandais ont exprimé à plusieurs reprises leur souhait d’accueillir le Président Xi Jinping pour une visite au pays. Le programme de cette visite a été fait d’un commun accord entre les deux parties.

Il s’agit de la première visite du Président Xi Jinping dans un pays de l’Union européenne pour cette année et sa première visite à un pays de l’Europe du Nord en tant que chef d’État chinois. Elle montre l’importance que la Chine accorde à la construction et au développement ensemble avec la Finlande d’un nouveau type de partenariat sino-finlandais tourné vers l’avenir, de même que le soutien de la Chine à l’Union européenne. Nous espérons que cette visite donnera des résultats fructueux, imprimera une nouvelle vitalité au développement des relations bilatérales et permettra de renforcer davantage la confiance politique mutuelle et d’élargir la coopération pragmatique dans divers domaines entre les deux pays. Demain matin, lors de la séance d’information, des responsables du MAE présenteront de manière détaillée le programme de la visite du Président Xi Jinping en Finlande.

Q : Selon des sources, les questions économiques et commerciales pourront être l’un des principaux sujets de la rencontre entre les chefs d’État chinois et américain. Les États-Unis ont récemment accusé la Chine d’avoir pratiqué le commerce inéquitable qui porte atteinte aux intérêts économiques américains. Croyez-vous que la rencontre entre le Président Xi Jinping et le Président Donald Trump permettra de redéfinir les relations économiques et commerciales sino-américaines de l’avenir ?

R : Concernant la rencontre entre le Président Xi Jinping et le Président Donald Trump, des responsables du Ministère des Affaires étrangères vous donneront les détails demain matin lors de la séance d’information.

Quant aux relations économiques et commerciales sino-américaines que vous avez mentionnées, comme nous l’avons rappelé à différentes occasions, ces relations ont pour caractère fondamental le bénéfice réciproque et le gagnant-gagnant. Au cours des 38 années qui ont suivi l’établissement de relations diplomatiques entre la Chine et les États-Unis, les relations économiques et commerciales sino-américaines ont connu un développement rapide et fulgurant et apporté des bénéfices tangibles aux hommes d’affaires et aux consommateurs des deux pays. Selon des statistiques, en 2016, le commerce bilatéral de marchandises s’est élevé à 519,6 milliards de dollars US, soit 207 fois de plus qu’au lendemain de l’établissement de relations diplomatiques sino-américaines en 1979. La Chine est aujourd’hui le marché d’exportation à la plus forte croissance pour les États-Unis hors l’Amérique du Nord. Même si la partie américaine évoque souvent le soi-disant déséquilibre commercial entre les deux pays, environ 40% de l’excédent commercial que la Chine enregistre dans le commerce sino-américain vient en réalité des entreprises américaines présentes en Chine. Comme je l’ai dit il y peu de temps, selon des statistiques données par US-China Business Council, le commerce et l’investissement entre les deux pays ont créé pour les États-Unis environ 2,6 millions d’emplois en 2015, et les relations économiques et commerciales sino-américaines permettent à chaque ménage américain de dépenser 850 dollars de moins chaque année.

Bien sûr, la Chine a aussi beaucoup bénéficié de la coopération économique et commerciale sino-américaine. Les progrès prodigieux et les changements considérables que la Chine a connus depuis le lancement de la réforme et de l’ouverture sont aussi le résultat de la coopération que la Chine a menée avec la communauté internationale, y compris avec les États-Unis.

Comme les faits l’ont prouvé, les relations économiques et commerciales sino-américaines sont fort complémentaires et le choix des consommateurs a conduit à une imbrication profonde des intérêts des deux pays. Nous estimons que le moyen fondamental et efficace pour mettre ces relations au service des deux peuples doit être celui d’agrandir ensemble le gâteau des intérêts communs et non de se borner dans une vision simpliste du gagnant-perdant. Nous entendons travailler ensemble avec la partie américaine pour élargir les champs de coopération sur la base du respect mutuel et de la coopération gagnant-gagnant, et résoudre adéquatement les frictions commerciales par le dialogue afin de préserver le développement durable, sain et stable des relations économiques et commerciales sino-américaines.

Q : Le Royaume-Uni vient d’annoncer le lancement de la procédure de sortie de l’Union européenne, et des élections générales sont attendues cette année en France et en Allemagne. Que sera le message que le Président Xi Jinping enverra-t-il à l’UE lors de sa prochaine visite en Finlande ?

R : Récemment, l’Union européenne a célébré le 60e anniversaire de la signature du Traité de Rome, faisant entendre la « voix de l’Europe » sur la poursuite de l’intégration européenne. Dans un contexte de changements perpétuels de la situation internationale, le développement de l’Europe, force importante dans le monde, aura aussi des impacts importants sur l’échiquier international. La Chine suit toujours avec beaucoup d’attention l’évolution de la situation en Europe, soutient le processus d’intégration européenne et espère voir une UE toujours unie, stable, prospère et ouverte.

La Chine et l’UE ont établi un partenariat global stratégique. Nous entendons renforcer la coopération mutuellement bénéfique avec la partie européenne et faire avancer ensemble le partenariat Chine-Europe pour la paix, la croissance, la réforme et la civilisation, afin de porter les relations sino-européennes à de nouveaux paliers et de contribuer à la paix, à la stabilité et à la prospérité au monde.

Q : Un employé au Département d’État américain a été accusé d’avoir reçu des pots-de-vin de la part des services de renseignement chinois en échange d’informations. Quel est votre commentaire là-dessus ?

R : Je ne dispose pas d’informations sur cela.

Q : La Chine a remporté l’appel d’offres du chemin de fer à grande vitesse Jakarta-Bandung contre le Japon en 2015. Selon des reportages de Kyodo News, les travaux, bien que déjà lancés, avancent très lentement, de sorte qu’on se pose la question sur l’achèvement du projet comme prévu avant fin 2019. La partie indonésienne a désormais une défiance croissante envers la partie chinoise. Quel est votre commentaire là-dessus ?

R : Nous avons noté des reportages de Kyodo News. La ligne Jakarta-Bandung est le premier projet intégré de chemin de fer à grande vitesse construit en dehors de la Chine avec des technologies, normes et équipements chinois. Elle est l’un des premiers fruits importants de la construction de l’initiative « Ceinture et Route » et sera, une fois achevée, le premier chemin de fer à grande vitesse de l’Indonésie voire de l’Asie du Sud-Est.

À notre connaissance, grâce aux efforts communs des gouvernements chinois et indonésien et des entreprises concernées, les préparatifs de la mise en chantier de l’ensemble de la ligne avancent comme prévu. Il s’agit d’un projet de grande envergure. Il faut du temps pour les négociations, la conclusion de contrats, l’enquête de conformité, la conception de l’itinéraire, la réquisition des terrains, la prospection sur place, la préparation des travaux, la mise en chantier, l’achèvement et l’entrée en service, et il y aurait des problèmes de tout genre. Depuis le lancement officiel l’année dernière de la section préliminaire, la partie chinoise et la partie indonésienne ont travaillé en étroite coopération et déployé tous les efforts pour faire avancer le projet. À l’heure actuelle, les consultations sont en cours entre les deux parties concernant le contrat EPC et l’accord sur le prêt, lesquels pourront, à ce que nous sachions, être signés prochainement.

Je voudrais souligner que la ligne à grande vitesse Jakarta-Bandung est un projet emblématique de la coopération pragmatique sino-indonésienne sur tous les plans et qu’elle permet de réaliser le bénéfice mutuel et le développement partagé des deux parties. Les deux parties ont une volonté de coopération ferme, et les entreprises et les institutions financières des deux pays sont des partenaires étroits.

Avant de terminer, je tiens à ajouter que la Chine est pleinement confiante en l’achèvement et la mise en service rapides de cette ligne. C’est les deux partenaires que sont la Chine et l’Indonésie qui sont les mieux placés pour apporter des commentaires sur ce projet.

Q : Selon des sources, un parlementaire philippin a proposé le 30 courant une motion de censure contre le Président Duterte, critiquant la politique de ce dernier face aux activités de la Chine en Mer de Chine méridionale. Quel est votre commentaire là-dessus ?

R : Je viens moi aussi d’apprendre cela. Je voudrais dire que pendant la plupart du temps depuis l’établissement de leurs relations diplomatiques, les deux pays ont apporté une gestion adéquate à leur différend sur la Mer de Chine méridionale par voie de dialogue et de concertations bilatéraux, et que c’est une expérience importante permettant d’assurer un développement régulier des relations sino-philippines et une pratique réussie qui peut être poursuivie.

Pendant la visite en Chine du Président Duterte en octobre dernier, les Chefs d’État chinois et philippin ont dégagé un consensus important sur la gestion adéquate de la question de la Mer de Chine méridionale. Le retour des deux parties à la bonne voie de dialogue et de concertations pour régler cette question correspond aux intérêts fondamentaux des deux pays et des deux peuples et constitue un bon choix.

Actuellement, les deux parties poursuivent activement le dialogue et la coopération sur cette question et la situation en Mer de Chine méridionale ne cesse de se stabiliser et de s’améliorer. Cela a été largement salué par les pays de la région dont les Philippines et la très grande majorité de la communauté internationale.

Q : Qui est-ce qui nous présentera demain matin les informations sur le déplacement du Président Xi Jinping ?

R : À ma connaissance, ça doit être le Vice-Ministre des Affaires étrangères Wang Chao et le Vice-Ministre des Affaires étrangères Zheng Zeguang.

Q : Suite aux critiques du congrès américain, la compagnie de M. Kushner, gendre du Président Trump, a suspendu les discussions avec le groupe chinois Anbang sur un projet immobilier à New York. Quel est votre commentaire à ce sujet ?

R : Je n’ai pas d’informations à ce sujet. C’est un principe pour nous de ne pas commenter les activités et transactions commerciales.



[ RECOMMANDER A ]
       [ IMPRIMER ]